Bonjour, je suis Ramazanova Aida, actuellement j’étudie à l’université de Lorraine, L2 infocom. Je viens du Kazakhstan, de la ville d’Astana. J’ai un frère jumeau, et encore un petit frère.

Qu’est-ce que tu faisais dans ton pays?

Mon pays se trouve au centre d’Eurasie. Là bas j’ai étudié à l’école (1-11classes), j’étais bénévole dans l’organisation de concerts et j’ai un peu travaillé comme mannequin.

Quand est-ce que t’est partie?

En 2012 j’ai quitté mon pays car j’ai été acceptée à l’université en France. J’ai dû passer le TCF (Test de Connaissance du Français) pour rentrer à l’université. Je suis contente d’étudier à l’étranger parce que cela m’apprend à vivre toute seule, à être responsable et à être indépendante de mes parents.

Qu’est-ce qui t’as poussé à partir à l’étranger? Pourquoi tu n’a pas essayer de réaliser ton projet dans ton pays? 

J’ai essayé de passer un examen, parce que après la 11ème classe c’est à nous de choisir quel parcours universitaire suivre, c’est une une question de choix. En effet, étudier à l’étranger est une occasion de voir le monde d’un autre point de vu. J’ai décidé de partir en France grâce à une de mes professeurs qui m’a appris le français. Elle m’a transmit l’amour pour la langue française. En plus de ça mes parents m’ont supportée dans mon choix.

Pourquoi t’as choisi la France? 

Ma mère m’a raconté que quand j’étais petite je disais souvent “Je vais partir à Paris”, donc c’était mon rêve depuis longtemps. Et voilà, le rêve s’est enfin réalisé.

Non,je suis optimiste alors je crois que tous ce qui est fait pour le meilleur.

Comment est-ce que c’était au début? Tes difficultés? Tu les a dépassées? 

Bien-sûr il y eu des difficultés dans les études, à cause de la langue. Ensuite, l’administration française m’a beaucoup énervée, comme par exemple la CAF. Enfin, le mentalité joue un grand rôle dans chaque Pays. Par exemple les boutiques sont ouverts 6j/7j, et le dimanche tout est fermé, alors que chez moi le dimanche est une journée dédiée aux achats. Cela m’a beaucoup surprise.

Qu’est-ce que tu fais maintenant? 

L’année universitaire est finie e maintenant je suis retournée au Kazakhstan où je me repose avec ma famille. Mais je travaille comme média-directeur dans l’alliance des étudiants kazakhstanaises qui font ses études à l’étranger.

Tu dirais quoi à qui voudrait partir à l’étranger ou venir en France? Des conseilles? 

J’ai beaucoup de cousins et cousines et je leurs ai toujours conseillé de voyager le plus possible même s’il n’y a pas la possibilité de rester longtemps. Si on nous donnait le choix entre acheter le nouvel IPhone ou visiter n’importe quel pays, c’est évident qu’on choisirait de voyager. Un voyage nous donne des souvenirs pour toute la vie!

Ton pays te manque? Tu penses y retourner?

Ma famille me manque et la nourriture kazakhe aussi, même si parfois je cuisine des plats de chez moi. Je sais pas encore si je vais retourner au Kazakhstan ou si je resterai en France, je verrai avec le temps.

Comment et surtout où tu imagines ton futur? 

Oh là, mon futur?! Je voudrais devenir une personne stable et je sais que mon futur dépendra de moi-même : je dis toujours que chacun de nous est responsable de son destin.

Est-ce que tu arrives à imaginer tes futurs fils parler une autre langue que la tienne? 

Pourquoi pas ! Cela serait un grand avantage pour lui,parce que aujourd’hui connaître plusieurs langues étrangères permet d’avoir des bonnes perspective d’avenir. Mais tout d’abord mon fils va apprendre sa langue maternelle pour qu’il connaisse ses origines. Les origines sont très importantes pour les Kazakhstanais, d’ailleurs les garçons chez nous doivent connaître les noms des grand-pères sur 7 générations ( grand-père, arrière grand-père etc etc).

Est-ce que tu trouves que la France est multiethnique? 

Je pense que la France est un pays où chacun peut trouver tous ce qu’il cherche (travail, éducation…). Je n’ai pas trouvé qu’il y avait de la discrimination ni de racisme,au contraire : les Français sont contents lorsque les étrangers essaie de parler français.

Quelles différences entre le Kazakhstan et la France?

Comme je l’ai déjà dit il y a énormément de différences. Par exemple, au niveau des  examens, ici en France il y a l’anonymat alors que chez moi d’anonymat, pas au Kazakhstan. Ensuite je trouve que les français sont plus polis que les Kazakhstanais.

En conclusion, le plus important quand on vit à l’étranger c’est d’échanger avec une nouvelle culture, cela nous donne la possibilité de nous améliorer et de développer notre culture générale, mais surtout de ne pas répéter les mêmes fautes.


0